Conformément aux ordres racistes du nabot, Hortefeux commence la déportation des Roms. Et pendant ce temps, le clip "Tirez sur les keufs" scandalise la police du régime et réjouit la banlieue!

Publié le par le desobeissant

article_hortefeux-1-.jpgLe ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a annoncé jeudi le démantèlement de plus de 40 camps illicites de Roms en France depuis 15 jours, lors d'un déplacement à Lyon au cours duquel il a souligné sa volonté de "renforcer la coopération" entre la France et la Roumanie.

"Depuis 15 jours, nous avons procédé au démantèlement de plus de 40 camps de Roms ce qui devrait conduire au raccompagnement de 700 d'entre eux dans leur pays d'origine d'ici la fin du mois", a annoncé le ministre lors d'une conférence de presse.

Selon M. Hortefeux, des vols seront "spécialement affrétés pour raccompagner ces personnes en Bulgarie et en Roumanie", en liaison avec les services du ministère de l'Immigration.

 

Discriminations raciales : l'ONU stigmatise la France

Après la presse internationale, c'est au tour des Nations unies de critiquer la France et sa politique envers les étrangers. Le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale (CERD) de l'ONU, réuni mercredi et jeudi à Genève, a dénoncé les récentes propositions de Nicolas Sarkozy concernant les Roms et la déchéance de nationalité de certains criminels, lors d'un discours à Grenoble, fin juillet.

Selon le compte-rendu de la réunion du CERD, ses déclarations sur les Roms et l'annonce du démantèlement de plusieurs camps sont particulièrement montrées du doigt par les 18 experts chargés d'examiner le rapport de la délégation française sur les mesures prises par Paris pour lutter contre les discriminations raciales, depuis son dernier examen en 2005.

L'ONU dénonce ainsi l'amalgame entre Roms et gens du voyage : le nombre de ces derniers est estimé à 400 000 personnes, dont 95% de nationalité française. L'expert algérien Nourredine Amir s'indigne notamment de l'annonce du renvoi de Roms, originaires de Bulgarie ou de Roumanie : «Comment comprendre que les Roms (…) puissent être extradés comme s'ils n'appartenaient pas à l'Union européenne ?» «Je ne savais pas que dans un même pays on pouvait faire la différence entre un citoyen européen de première et de deuxième catégorie», insiste-t-il, alors que Brice Hortefeux a annoncé que depuis deux semaines, 40 camps illégaux ont déjà été démantelés.

 

La déchéance de nationalité au pilori.

Les experts s'indignent aussi des déclarations de Nicolas Sarkozy et de Brice Hortefeux sur la possibilité de déchoir de sa nationalité un citoyen naturalisé si ce dernier est condamné pour le meurtre d'un policier, pour polygamie ou excision. Gun Kut, expert turc, déclare ne pas comprendre «ce qu'est un Français d'origine étrangère : je me demande si cela est compatible avec la constitution».

Pointant du doigt la montée du racisme en France, le rapporteur de la session, l'Américain Pierre-Richard Prosper, rappelle à la France son rôle moteur dans la défense de la liberté et des droits de l'homme, soulignant qu'il y avait aujourd'hui une contradiction avec l'image du pays à travers le monde et la réalité. «Il y a un manque de volonté politique pour changer tout cela», ajoute-t-il. Par ailleurs, l'expert togolais Ewomsan Kokou constate ainsi que la France est confrontée à une «recrudescence notable du racisme et de la xénophobie», malgré de nombreux instruments légaux.

 

La police veut interdire le titre de rap "Tirer sur les keufs"


 

AbdulX, obscur rappeur, s’est dit qu’il allait buzzer un coup en faisant un peu de provoc (ce qui prouve qu’il n’a pas vraiment confiance en lui en tant qu’artiste).

Pour ça, suivant les bonnes vieilles recettes du marketing, il donne à son public ce qu’il a envie d’entendre (ce qui ne signifie pas qu’il a envie de "tirer sur la police") dans son clip Tirez sur les keufs qui ne fait certes pas dans la dentelle (et qui est en ligne depuis juillet).

La police, elle, ne l’entend pas de cette oreille. Des agents ont donc demandé à Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur, d’interdire ce clip. Un peu de discernement ne nuit pas. Mais du discernement, le premier flic de France ne semble pas en être doté. Dommage car il est en train de donner une visibilité énorme à une œuvre qui sans cela serait rester sagement dans un coin du web à attendre que la poussière s’y dépose.

Que demandent les flics, au juste ? Que Brice Hortefeux les défende et qu’il fasse respecter l’article 12 du code de déontologie de la Police Nationale qui stipule que « le ministre de l’intérieur défend les fonctionnaires de la police nationale contre les menaces, les violences, les voies de fait, les injures, diffamations ou outrages dont ils sont victimes dans l’exercice ou à l’occasion de leurs fonctions. »

Sur le Blog de la police, rapporte Le Post, certains blogueurs demandent légitimement à Brice Hortefeux, "de faire cesser cet appel au meurtre et de déposer plainte" contre le rappeur, au plus tard dans une semaine.

Attendons la suite. Car il est possible que l’affaire n’en soit qu’à ses débuts...

 

Source :Toutsaufsarkozy

 

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article