De la violence verbale des politiques à celle physique des CRS

Publié le par le desobeissant

franc crs.1189161557[1]

Dans les manifestations contre la réforme des retraites, un point de non-retour a certainement été franchi aujourd’hui. Suite à l’implication majeure des lycéens, les premiers débordements ont engendré des répliques violentes et disproportionnées des policiers les biens moins lotis sur le plan intellectuel: les CRS.

N’écoutant que leur lâcheté légendaire, la plupart du temps gentiment étanchés par des litres de bière, stockée dans les fûts de leurs camionnettes, la France va donc pouvoir admirer dès ce soir au 20h et dès maintenant sur internet, les œuvres de ces monstres, téléguidés du ministère de l’Intérieur.

Ce matin, à Montreuil, un étudiant était blessé au visage par un tir de flash ball

 

Vidéo du lycéen blessé par un tir de flashball à Montreuil

 

Oh évidemment les jeunes visibles sur les vidéos ne sont certainement pas des enfants de chœur, mais est-ce une raison suffisante pour leur tirer dessus en pleine tête, alors même que la cible humaine visée ne met en danger la vie d’aucun agent du désordre au moment du tir? Évidemment, non.

Autre exaction encore plus révoltante, celle relayée par Rue89, où l’on voit clairement un CRS frappant une manifestante déjà cernée:

Une manifestante violemment frappée au visage par un CRS

 

Déjà hier, ces mêmes CRS se défoulaient gentiment sur des journalistes professionnels…

La police frappe un journaliste d'investigation de Canal+

 

Quoi de plus normal, après tout, venant d’énergumènes capables de molester des femmes immigrées enceintes et des enfants en bas âge, une vidéo diffusée dans le monde entier et trop peu relayée sur nos médias bien trop serviles. 

L'expulsion musclée de la Courneuve vue par CNN

 

A chaque fois, la même procédure: l’IGS, la police des polices est bien saisie des dossiers, mais qui se souciera du niveau suffisant de la peine pour de telles horreurs, une fois l’émotion passée?

Faut-il alors s’étonner de ces actes de pure violence d’agents représentants l’Etat contre des citoyens désarmés? Non, malheureusement.
Ils ne sont que dans la lignée de la lâcheté et le culot du pouvoir en place, un gouvernement corrompu et fascisant où le racisme d’Etat règne en maître.

Pas étonnant alors de voir des CRS, mous du bulbe et belliqueux, se comporter à leur niveau de la même manière que les élus ou les nommés de la République Française, qui les commandent.

Tout cela fait peine à voir, mais n’inspire aucune surprise de part les 3 ans de bassesse politicienne que nous vivons. Et de nous poser des questions simples:
- Combien de blessés voire pire, avant que l’opposition politique de ce pays ne s’unisse dans un Front Républicain?

- Combien de jours faudra-t-il attendre avant qu’une véritable grève générale ne puisse se mettre en place?

Devant tant d’incompétences, de culot, de violences verbales de la part de nos politiciens véreux au pouvoir, de violences physiques des pitoyables pitbulls de CRS, la grève générale demeure l’unique réponse adaptée.

Une solution non pas pour démantibuler cette réforme des retraites infâmes mais pour permettre la tenue de nouvelles élections présidentielles. Rêvons.

Cessons la demi-mesure: Nicolas Sarkozy est à la France ce que Raymond Domenech était aux Bleus. Il est temps de virer les incapables, les arrogants, les lâches et les corrompus, qui divisent les français au lieu de les rassembler.

D’autant que nous apprenons qu’en plus de martyriser la France d’en bas, son propre gouvernement ne trouve rien de mieux que de la ficher, et ce, dans la plus grande illégalité!

La (flash) balle est dans le camp de l’opposition politique de ce pays. Hâtez-vous, avant que la situation ne dégénère.

Pauvre France.

 

Source :C politic.com

 

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article