Les Israéliens mènent des opérations clandestines dans le golfe Persique

Publié le par le desobeissant

Les services de renseignement japonais et chinois, qui surveillent de près les événements dans le golfe Persique à cause de leur dépendance à l’égard du pétrole de la région, signalent que des commandos de la marine israélienne ont récemment créé dans le golfe des incidents maritimes qui pourraient être attribués à l'Iran.

2295456-3207638-1-.jpg

Les cinq incidents fomentés par les Israéliens, qui ont fait l’objet d’un examen minutieux des services de renseignement de Chine et du Japon, respectivement la deuxième et troisième puissances économiques du monde, sont des raids de pillage contre quatre navires de commerce au large de la ville irakienne de Bassorah le 8 août, et l’explosion sur le superpétrolier japonais M. Star dans le détroit stratégique d'Ormuz le 28 juillet.

 

Le mois dernier, la marine israélienne a déployé dans le golfe Persique un ancien U-209 et le tout dernier U-212, des sous-marins diesel de classe Dauphin obtenus auprès de l'Allemagne. Ces sous-marins sont connus pour avoir à leur bord un certain nombre d’escadrons de commandos de marine Shayetet 13, formés pour effectuer les actes de sabotage contre des objectifs maritimes et terrestres.

 

Le 17 août, le réseau d’information NHK du Japon a signalé que l’enregistreur des données radar de navigation à bord du M.Star avait repéré un petit bateau s’adonnant à des « manœuvres suspectes » peu de temps avant qu'une explosion endommage la coque du navire et blesse un marin. Le 4 août, un groupe hypothétique inconnu appelé Brigades Abdullah Azzam, dit être liée à « Al Qaïda, » a revendiqué la responsabilité de l'attaque, mais les sources de renseignement ont tourné en ridicule l'idée qu'un tel groupe puisse mener à bien une attaque aussi furtivement.

 

Le renseignement japonais pense que le M. Star a été endommagé par un sous-marin piloté à distance, similaire aux drones aériens largement utilisés par la Zunie et Israël au Moyen-Orient.

 

Le 8 août, des hommes armés d'AK-47 sont montés à bord et ont pillé quatre navires au large du port iraquien d'Oum Qasr. Les navires étaient l’Armenia, battant pavillon d'Antigua et Barbuda ; le Crystal Wave, battant pavillon de Corée du Nord ; le Sana Star, battant pavillon de Syrie ; et le navire sous pavillon zunien, Sagamore, propriété de Sealift, Inc. et engagé par le ministère zunien de la Défense en vertu du Voluntary Intermodel Sealift Agreement (VISA), dans le but de soutenir les « opérations militaires d'urgence. » Le Sagamore est aussi sous contrat de l’US Agency for International Development (USAID) pour fournir « des services de fret » en Irak.

 

Les sources de renseignement asiatiques estiment que le Sagamore a été arraisonné par des commandos israéliens afin de masquer toute complicité zunienne en cachant les véritables cibles de l'attaque : le navire battant pavillon d'Antigua, Armenia, et les navires de Syrie et de Corée du Nord. L'Iran fait actuellement l’objet d’un régime de sanctions des Nations Unies, de la Zunie et de l'Union européenne à cause de son programme nucléaire, et les sources de renseignement pensent que ces trois navires faisaient partie d'un programme d'inspection secret effectué par des commandos israéliens dans le golfe.

 

Les autorités iraquiennes ont publié un rapport selon lequel deux des attaquants du Sagamore ont été arrêtés tandis que les autres « ont fui vers les eaux iraniennes. » Les responsables irakiens ont aussi décrit l'incident comme un « méfait insignifiant. »

 

L'opération contre l’Armenia n'était pas la première opération secrète d'Israël contre un navire battant pavillon d'Antigua. Le 4 novembre 2009, en Méditerranée orientale, près de Chypre, des commandos israéliens se sont emparés du navire allemand Francop battant pavillon d'Antigua et ont trouvé des armes dites en route depuis le port égyptien de Damiette vers la Syrie, d’où elles devaient prétendument être expédiées au Liban pour le Hezbollah. Les armes auraient été expédiées de l'Iran en Égypte. L’Iran, la Syrie et le Hezbollah ont nié tout lien avec les armes découvertes à bord du Francop. Comme par hasard, quelques-uns des vieux obus de mortier à bord du Francop avaient été fabriqués en Israël par Soltam Corporation. Les obus avaient été peints pour qu’ils paraissent neufs.

 

Wayne Madsen est ancien officier de renseignement de la Marine zunienne, spécialisé dans la surveillance électronique et la sécurité. Anciennement assigné à l’Agence de sécurité nationale (NSA) et au ministère des Affaires étrangères. Actuellement, journaliste d’investigation, chroniqueur dans la presse nationale, et auteur. Administrateur de l’Electronic Privacy Information Center (EPIC), (une organisation dédiée à la protection des libertés individuelles) à Washington DC.

 

Source : Alterinfo

 

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article