Sarkozy, le démagogue, se moque du monde !

Publié le par le desobeissant

Nicolas-Sarkozy-3-3ef6c[1]

Comme d’habitude le chef de l’UMP part en campagne aux frais du contribuable.

Selon la Cour des Comptes, depuis son installation chez la Pompadour, il a réussi à lui tout seul en 3 ans et demi, à augmenter de 27,6 % le déficit de la France. Prodigieux ! Du jamais vu, quelle que soit la crise subie, dans le passé de la République (cf. Cour des Comptes Rapport public annuel 2010) !

Surtout, que l’on cesse d’évoquer la crise pour justifier ce record et fuir toute responsabilité ! Les recettes fiscales brutes de l’Etat étaient de 347,71 milliards € en 2007, de 352,14 milliards € en 2008 et de 325,92 milliard € en 2009. Au cours de ce dernier exercice elles n’ont baissé que de 24,22 milliards pas de 138 ! Même si l’Etat a comblé pour 10 milliards de plus le trou de la Sécu dont les recettes 310 milliards n’entrent pas dans les comptes de l’Etat, la différence reste de 34,22 milliards. Les milliards qui manquent pour équilibrer les comptes 2009 représentent une augmentation du déficit de 48 milliards en valeur absolue ou de 185% par rapport à 2008.

Selon le budget voté par le Parlement, la dette globale de la France atteindra 1.640 milliards fin 2010. Autant dire que, dans ce court délai, la politique du super Président condamne chaque Français à rembourser 5.462 € en plus des 19.770 € issus de l’héritage des cinquante ans cumulés de gestion précédente. A ce régime le quinquennat Sarkozy aura, à lui seul fait progresser ce déficit de 144% et généré un trou de 565 Milliards d’euros en 5 ans.

Les Roms aussi nombreux soient-ils ne pourront pas estourbir autant de poulets dans un tel laps de temps. Ceci représente une dette globale de 28.460 € que chaque ressortissant devra tôt ou tard rembourser pour équilibrer les comptes de l’Etat, en plus de ses impôts et charges sociales. Un tel endettement par tête est insupportable puisqu’en 2012 un foyer de 4 personnes aura plus de 115.000 € de dettes dont 34.770 € contractés, pour son compte, par le seul Nicolas Sarkozy !

Comment faire confiance à un Français d’une telle compétence qui conduit le pays droit à la catastrophe ? En 2009 la dette de l’Etat représente 77% du PIB, selon les prévisions elle atteindra 90% de celui-ci en 2012. Et pour quel avantage ? Je vous le demande.

Celui de travailler plus pour que l’état s’endette plus ? Quelle satisfaction Nicolas Sarkozy a-t-il apporté à la France et aux Français ? Pas plus sur le plan économique que sur celui des libertés ou de la sécurité son bilan n’est positif ; quant au domaine social, les sans-abri qui, sur le papier de la bonne conscience, ont droit au logement, en sont toujours réduits aux bouches de métro et aux tentes de fortune des ONG. L’Etat Moloch dévore l’épargne, endette les contribuables et réduit les droits du peuple. Au profit de qui ? Des restos du cœur, de l’Etat de droit ou des amis de Sarkozy ? 

Cette politique est destructrice d’emploi. L’avalanche des chômeurs, plus de 5 millions toutes catégories avec ceux ayant épuisé leurs droits qui ont changé d’appellation INSEE, pénalise l’enveloppe des cotisations et taxes sociales. Il s’ensuit moins de rentrées dans les caisses de l’URSSAF, malgré des cotisations intrinsèques en augmentation et des prestations et retraites qui s’amenuisent. Bien qu’elle le taise, la gouvernance sarkozienne participe très activement à ce processus, elle porte une très lourde part de cette situation. Alors Monsieur « j’assume » alias Xavier Bertrand est-il aussi satisfait de cette politique de dépouillement des Français à laquelle, député, il participe et dont le préjudice n’est pas une poignée de gallinacés ?

Démagogue éhonté Nicolas Sarkozy prétend aujourd’hui, 14 septembre 2010, promouvoir l’accession à la propriété de 70% de Français en prolongeant en 2011 « le prêt à taux 0 ». Culotté ! Cette opération généreuse est une arnaque supplémentaire. Elle ne consiste pas à contraindre les banques à prêter sans intérêt, mais à déduire l’intérêt de ces emprunts immobiliers du montant de l’impôt sur le revenu, autrement dit à faire financer les intérêts bancaires en question par le contribuable et ce faisant à améliorer le résultat des banques et ceux du bâtiment.

Selon l’approximation énoncée, par le candidat Sarkozy cette décision creusera d’un milliard supplémentaire le déficit de l’Etat pour autant que les intérêts soient fixes. N’importe quoi ! Si une telle irresponsabilité n’est pas la démonstration de l’inconscience et du mépris de l’Etat dont il se sert. Qu’est-ce ? Mais tout est bon pour recueillir des voix et remonter dans les sondages. 

Les Ministres et Parlementaires qui parlent aujourd’hui du respect de la propriété publique et privée pour raccompagner les Roms chez eux devraient se poser la question suivante et faire leurs valises :

Faut-il raccompagner aux frontières ceux qui ruinent la France sous prétexte qu’ils y sont nés, savent gruger et promener leurs électeurs, pour comme le prévoyait le chapitre III de l’ancien code pénal abolit par le nouveau, « attentat à la constitution, bradage du patrimoine nationale, et abus de confiance » ?

Après tout, ces Messieurs ne sont-ils pas plus dangereux pour l’Etat et la Société que les rapines regrettables de quelques gens du voyage auxquels il est reproché à l’ensemble de vivre dans des conditions d’hygiènes déplorables en squattant la propriété d’autrui ?

 

Source :Agoravox

Publié dans Politique

Commenter cet article